Aloha, ciel et terre

De ces merveilles naturelles, ne restent que les braises de la mémoire. Et pourtant, s’il est bien une destination dont on ne peut nier l’évidence de la beauté, la grandeur et la diversité, les îles d’Hawaï en sont la parfaite illustration. L’archipel revêt une richesse de paysages sublimés par la puissance des éléments ; de la terre jusqu’au ciel, et du cœur de la jungle au large de l’océan, tout amoureux de la nature est condamné à s’incliner devant un tel environnement.

Débutant mon voyage sur l’île d’O’ahu pour braver le Koko Crater Trail et explorer les fonds marins dans la baie de Hanauma, je poursuis cette aventure en traversant l’île de Maui en quête de plénitude. Embrasser le silence dans la Bamboo Forest, rouler sur la spectaculaire Road to Hana et enfin, s’extasier devant le coucher de soleil au sommet du volcan Haleakalā ; une poignée de pépites que l’on dérobe au temps, et dont le cœur s’imprègne en abondance.
L’île de Kauai, plus sauvage et plus rude, constitue ma dernière étape. À l’approche d’un ouragan, la Na Pāli coast peine à se dévoiler, enrobant son ultime secret d’une brume chaotique ; mais plus tard,  la route menant au Waimea Canyon serpente, danse et chante, dispersant délicatement ses ombrages et laissant ainsi régner la lumière, pour en révéler la perfection des traits, l’infinité des attraits.

Allé en haut