Tour d’Europe, ou road trip de jeunesse jusqu’en Mongolie via le Transsibérien, telle aura été mon initiation au monde de la photographie argentique. Un boîtier russe désuet monté d’une focale fixe entre les mains, et me voilà volontairement perdu sur les routes avec quelques pellicules en poche.

S’il ne reste que d’infimes fragments de ces vagabondages, les plus marquants sont certainement ceux qui n’ont pu être capturés. Ceux-là, insaisissables, et périssables à l’œil, resteront éternels en mon cœur.